Bilan de la qualité de l'air de mars 2021 dans la région

Bilan de la qualité de l'air de mars 2021 dans la région Bilan de la qualité de l'air de mars 2021 dans la région
Facebook Twitter Share
27/04/2021 à 10:28

Voici le bilan de la qualité de l'air du mois de mars 2021, avec les concentrations de polluants (particules PM2.5, particules, PM10, ozone et dioxyde d’azote) au fil des jours, et leur comparaison avec les années précédentes. Ce mois-ci, la région a notamment enregistré 2 épisodes de pollution, 3 jours début mars, et 1 jour en fin de mois.

Concentrations maximales de polluants dans l’air

 

Maximum (µg/m3)

Station / influence

Date - heure

Valeur réglementaire

Dioxyde de soufre

101,4

Saint-Pol-Sur-Mer, station urbaine

15 mars à 10h

Valeur limite : 350 µg/m3 en moyenne horaire à ne pas dépasser plus de 24 heures par an

Dioxyde d’azote

118,5

Valenciennes Wallon, station de proximité automobile

2 mars à 20h

Valeur limite : 200 µg/m3 en moyenne horaire à ne pas dépasser plus de 18 heures par an

Ozone

117,3

Noeux-les-Mines, station périurbaine

31 mars à 20h

Objectif à long terme : 120 µg/m3 en moyenne sur 8 heures glissantes

Particules PM10

91,2

Saint-Pol-Sur-Mer, station urbaine

2 mars

Valeur limite : 50 µg/m3 en moyenne journalière à ne pas dépasser plus de 35 jours par an

Particules PM2.5

56,2

Calais Berthelot, station urbaine

3 mars

Recommandation de l'OMS : 25 µg/m3 en moyenne journalière

*µg/m: microgramme (1.10-6 g) par mètre cube

**fond : pollution ambiante, qui n’est pas sous l’influence d’une source d’émission particulière

Concentrations moyennes par polluant 

Légende des graphiques ci-dessous :

 qa graph legende
 

  • Max 5 ans(Tirets bleu foncé) : Concentrations maximales observées semaine par semaine sur les 5 dernières années
  • Min 5 ans(Tirets bleu clair) : Concentrations minimales observées semaine par semaine sur les 5 dernières années
  • Moyenne 2021 (Trait orange) : Moyenne des concentrations semaine par semaine sur l’année 2021
  • Moyenne 5 ans (Trait bleu) : Moyenne des concentrations semaine par semaine sur les 5 dernières années

 

Particules PM10

les concentrations en particules PM10 sont restées élevées en ce début de mois en raison de l’utilisation du chauffage (combustion de biomasse) et de la production de particules secondaires favorisées par les températures au-dessus des normales de saison entre le 1 et le 4 mars.

Les niveaux ont chuté avec les conditions dispersives (précipitations et vents forts) entre la 2ème et 3ème semaine  de mars. La hausse des concentrations de particules PM10 en fin du mois est due aux conditions météorologiques plus clémentes et à la formation de particules secondaires (ensoleillement, humidité et températures élevées) sur une partie du territoire pouvant être liée aux activités locales et/ou aux transports de masses d’air d’autres régions.

qa 032021 pm10

Evolution des concentrations en particules PM10 dans les Hauts-de-France en 2021,
comparativement aux 5 dernières années
sites de fond (urbains, périrubains, ruraux)

 

Particules PM2.5

Le début du mois de mars a été marqué par des conditions météorologiques anticycloniques (vents faibles, couche de mélange basse, etc.) qui ont favorisé l’accumulation de particules dans l’air et qui ont par conséquent conduit à une augmentation des niveaux de particules PM2.5.

Cependant, au cours des deuxièmes et troisièmes décades de mars, les températures ont baissé avecun temps particulièrement venteux, ce qui a entrainé une diminution des niveaux de particules PM2.5. Enfin, des régimes moins dispersifs tels que des vents calmes et des températures supérieures aux normales de saison ont favorisé la formation de particules secondaires à la fin du mois.

qa 032021 pm25

Evolution des concentrations en particules PM2.5 dans les Hauts-de-France en 2021,
comparativement aux 5 dernières années
sites de fond (urbains, périrubains, ruraux)

 

Ozone 

Après de fortes variations en début d’année, les concentrations d’ozone repartent à la hausse au mois de mars et dépassent le maximum enregistré en février. Elles se maintiennent autour de 60 µg/m3 et dépassent la moyenne de ces 5 dernières années. Liées aux conditions météorologiques, les vents forts provoquent la « descente » d’ozone des hautes couches de l’atmosphère. Le regain des températures et l’ensoleillement en fin du mois contribuent également à la formation de l’ozone.

qa 032021 O3

Evolution des concentrations en ozone dans les Hauts-de-France en 2021,
comparativement aux 5 dernières années
sites de fond (urbains, périrubains, ruraux)

Dioxyde d'azote

Les concentrations hebdomadaires restent faibles depuis le début de l’année 2021 se rapprochant de la valeur minimale enregistrée sur ces 5 dernières années. Les variations sont liées aux changements météorologiques qui facilitent plus ou moins  la dispersion des polluants

qa 032021 no2

Evolution des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) dans les Hauts-de-France en 2021,
comparativement aux 5 dernières années
sites de fond (urbains, périrubains, ruraux)

 

Episodes de pollution de l'air

Carte alerte mars 2021

 

La région a été touchée par deux épisodes de pollution aux particules PM10.

Le premier épisode a commencé le 1er mars dans le Nord et s’est étendu à l’ensemble de la région les 2 et 3 mars. Le niveau d’alerte a été déclenché sur le Nord pour la journée du 2 mars avec un dépassement du seuil réglementaire sur le littoral dunkerquois.

Un second épisode a été déclenché le 31 mars avec un niveau d’information et de recommandation uniquement sur le département du Nord.

Les conditions anticycloniques (faibles vents, températures au-dessus des normales de saison) ont favorisé l’accumulation des particules produites localement (activités agricoles et résidentielles) et la production de particules secondaires (nitrates).

Qu'est ce qu'un épisode de pollution ?

 

Indices pollens

pollens actu

Les comptages polliniques ont repris en Hauts-de-France depuis le 5 février 2021.

Sur le mois de mars, la région a enregistré un risque d'allergies aux pollens très faible à élevé, dû notamment aux pollens d’aulnes. A noter que les pollens de bouleaux ont fait leur apparition au début du mois d’avril.

Le tableau ci-dessous reprend les indices polliniques pour les capteurs d'Amiens (80, capteur géré par Atmo) et Lille (59, capteur géré par l'APPA).

Date

Indice Lille 

Indice Amiens

Taxon dominant

Semaine du 5 mars 4 4 Aulne
Semaine du 12 mars 3 2 Aulne
Semaine du 19 mars 2 2 Aulne
Semaine du 26 mars 2 1 Aulne/Saule

 

echelle_pollens

Le risque allergique au pollen correspond à l’exposition aux pollens. Il prend en compte :

  • le nombre de grains de pollens dans l’air,
  • le potentiel allergisant des plantes.

Le risque allergique est défini sur une échelle de 0 (nul) à 5 (très élevé).

En savoir plus

La protection de vos données est notre priorité. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettent de vous fournir des données de qualité, nous assurer du bon fonctionnement du site et en mesurer l’audience.
J'ai compris