Des techniciens tout-terrain

29/06/2018 à 14:58
Informer sur la qualité de l’air, comprendre les phénomènes de pollution, accompagner et aider les décideurs à faire les bons choix, passe avant tout par une bonne maîtrise de nos techniques de surveillance et d’évaluation. Vincent Pouchain, l’un de nos techniciens d’exploitations nous explique les rouages de son métier.


Vincent PouchainL’Observatoire régional de l’air s’appuie sur une équipe technique expérimentée et réactive pour assurer le suivi des analyseurs, la fiabilité de leurs résultats mais aussi pour rechercher les technologies à la pointe pour évaluer des polluants spécifiques, émergents.

« Dans ce métier la connaissance des techniques physicochimiques est primordiale. Il est important de bien comprendre le fonctionnement des divers appareils de mesure de la qualité de l’air. Avec les autres techniciens, j’assure d’abord le suivi du parc des analyseurs de polluants et la maintenance régulière des appareils. Je dois vérifier en permanence que nos mesures sont correctes, fiables et exploitables. A tour de rôle, nous validons les mesures enregistrées la veille, chaque jour avant 10h. Ces données sont intégrées dans nos modèles et servent à prévoir la qualité de l’air. Ils sont également utilisés, après avoir été analysés, pour des bilans territoriaux et régionaux. Nous préparons et adaptons également le matériel pour des études ponctuelles et le suivi de polluants.

En cas d’anomalie des appareils, j’interviens directement sur site pour vérifier les capteurs et assurer leur maintenance. Si le problème est plus conséquent, je remplace l’appareil et le ramène à l’atelier. Même si nous sommes tous capables d’intervenir sur l’ensemble des analyseurs, nous avons chacun nos spécialités. Par exemple, je suis technicien référent pour la surveillance de l’air intérieur et je me suis également spécialisé sur les analyseurs de particules en suspension. C’est un métier très polyvalent avec des missions variées, alternant des moments sur le terrain en station ou en atelier, et d’autres plus administratifs. Il nécessite également une forte réactivité, une curiosité technologique et une capacité d’adaptation »

Accéder aux mesures des stations de la qualité de l'air